Théâtre Amateur

La Rambleur est aussi une petite troupe de théâtre amateur. En 2018, à l’occasion du centenaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale, l’Association Les Mandariens & Les Editions Châtelet-Voltaire ont organisé le colloque “Le Surréalisme et l’entrée dans la folie”

Durant l’été 1916, le célèbre poète André Breton, apprenti médecin à l’hôpital de Saint-Dizier, a reçu des soldats traumatisés qu’il a tenté de soigner. Mais son rôle était aussi de déceler les simulateurs qui « jouaient à être fou » pour ne pas retourner sur le front. Confronté à la simulation possible de la folie, il était lui-même troublé par la difficulté de distinguer « ce qui est simulé » de ce « qui ne l’est pas », découvrant en quelque sorte que la simulation est aussi vraie que la réalité qu’elle parodie. Dans ses écrits, il évoque ce souvenir devenu légendaire : un soldat lui a raconté comment il se mettait en position bien visible, pointait de son index la trajectoire de chaque obus, faisait un petit sifflement, et désignait au loin où celui-ci allait atterrir. Ce soldat aurait dû se faire tuer, il est resté vivant, son geste comme un rituel ou un tic semble avoir conjuré sa mort. Sa manière d’irréaliser la guerre en réduisant les lancers et les chutes d’obus à des bruits d’insectes a occulté la représentation du cauchemar. « Sans croire à la folie, dit André Breton, j’ai connu pendant la guerre, un fou qui ne croyait pas à la guerre » . Comment une certaine forme poétique – le surréalisme – a pu naître d’une reconnaissance de la puissance créatrice de la folie ? Le mot « surréaliste » est devenu d’un usage courant parce qu’il désigne ce qui défigure la réalité en révélant ce qui parfois semble insensé dans nos manières de parler ou de voir les choses.

L’événement a été clôturé par la pièce de théâtre Moto Perpetuo composée de façon expérimentale. Maria Claudia Galera et Henri-Pierre Jeudi se sont mis à l’écriture automatique. Des comédiens amateurs se sont emparés des textes, ceux-ci ont servi de base pour un exercice d’improvisation. La mise en scène a été assurée par Didier Albisser. La troupe a été à l’origine de la création de l’Association La Rambleur.

Le trésor Vivat, pièce composée par la troupe de La Rambleur et jouée au théâtre de Saint Dizier en 2019 et au Musée de Bar-le-Duc en 2020, lors des Journées Européennes du Patrimoine